Le Blog HomeChizen

Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation

Pages

Archives

Le pouvoir de la méditation : peut-elle guérir ?

meditation 5

La méditation est une pratique spirituelle venue d’Asie qui tend de plus en plus à s’occidentaliser. Indépendamment de sa dimension religieuse, elle séduit de nombreuses personnes par ses supposés bienfaits sur la santé dans son ensemble. Que faut-il en penser ? La méditation a-t-elle le pouvoir de guérir ?

Quels sont les effets de la méditation sur le corps ?

Avant de savoir si la méditation peut guérir des maladies, il faut s’interroger sur l’influence qu’elle peut avoir sur le corps.
Selon plusieurs études1-4, le cerveau aurait une certaine plasticité, c’est-à-dire qu’on pourrait l’entraîner comme un muscle. En mettant l’accent sur sa capacité de concentration, sur l’observation de notre propre intérieur, c’est-à-dire nos pensées et émotions, la méditation fait partie de ces entraînements mentaux. Le fait de la pratiquer permettrait d’augmenter la concentration de matière grise dans plusieurs régions du cerveau, comme l’hippocampe gauche ou le cervelet. En outre, les personnes qui ont une longue expérience en méditation présentent un cortex cérébral plus épais que des personnes comparables qui ne pratiquent pas la méditation. Cette différence est encore plus marquée chez les personnes âgées, dont le cortex s’affine progressivement avec l’âge.
Il est donc aujourd’hui scientifiquement prouvé qu’une activité purement spirituelle peut avoir un certain pouvoir sur le corps, et notamment sur le cerveau. Mais qu’impliquent ces changements du cerveau sur le fonctionnement du corps et sur le traitement des maladies en général ?


Quel est le rôle de la méditation dans le traitement de certaines maladies ?

La méditation comme complément aux traitements conventionnels
Aujourd’hui, plusieurs établissements de santé publics et privés – dont la majorité se trouve aux Etats-Unis – incorporent la méditation à leur programme thérapeutique1. La technique de méditation proposée est généralement la Mindfulness Based Stress Reduction (MBSR), c’est-à-dire la réduction du stress basée sur la méditation de pleine conscience. Cette technique a été introduite par le psychologue américain Jon Kabat-Zinn2. Cette technique de méditation encourage à accueillir et observer les moments de stress quotidiens sans les juger. La réaction habituelle est de vouloir fuir les émotions négatives en s’absorbant dans une activité ou en pensant à autre chose, mais cela aurait tendance à les aggraver. Pratiquer quotidiennement la MBSR stimulerait ainsi les parties du cerveau qui jouent un rôle dans le processus de mémorisation, la régulation des émotions, ou encore la capacité à prendre du recul, de façon à ce que les patients puissent profiter de la vie, indépendamment des circonstances3.

La méditation comme traitement à part entière
De manière générale, la méditation stimulerait l’activité du cortex préfrontal gauche, la partie du cerveau qui est responsable des sentiments positifs tels que l’empathie, l’estime de soi ou le bonheur, tout en diminuant les sentiments négatifs comme le stress, la colère ou l’anxiété. De plus, elle réduirait les sensations de douleur grâce à son action sur le cortex cingulaire antérieur, l’insula et le thalamus. A titre d’exemple, les adeptes expérimentés de la méditation Zen ont développé une résistance accrue à la douleur2. Cela suppose que rien n’empêche une personne malade de pratiquer la méditation de manière indépendante et autonome, mais cela nécessite une régularité importante, une grande motivation et surtout du temps.
En fait, il faut retenir que la méditation permet surtout d’accompagner le malade vers l’acceptation de sa maladie pour la supporter de la façon la plus confortable possible. La réduction de la sensibilité à la douleur ou au stress, par exemple, ne supprime pas la cause de la douleur ni la maladie. Elle ne guérit donc pas directement la maladie, mais elle peut insuffler un autre regard sur elle, un état d’esprit qui, lui, peut favoriser la guérison. Elle peut tout de même difficilement se substituer à un traitement conventionnel, d’autant plus que ceux-ci ne permettent pas toujours d’accéder à la « guérison », dans le sens du retour à l’état qui précédait la maladie. Les deux approches sont donc complémentaires.

Sur quelles maladies la méditation a-t-elle déjà fait ses preuves ?

La méditation indiquée pour les maladies physiques
Des études ont montré l’efficacité de la méditation (de pleine conscience, notamment1) dans les problèmes de peau, les douleurs chroniques, les troubles respiratoires, ou encore les problèmes du cœur.
Une étude réalisée à l’université de Calgary2 a notamment révélé que des patients atteints du cancer auraient ressenti des améliorations significatives de leur humeur et de différents symptômes liés au stress, ainsi qu’une réduction de la sensation de fatigue. D’autres études traitant des effets positifs de la méditation sur les patients atteints de cancer sont également disponibles3,4. Une autre étude réalisée à Pittsburgh5 sur des patients souffrant de lombalgie chronique montre qu’ils auraient quant à eux développé une plus grande tolérance à la douleur et une meilleure forme physique, sachant que le fait de rester immobile a tendance à aggraver la lombalgie. La méditation aurait également permis d’améliorer l’efficacité des traitements aux ultraviolets chez les patients atteints de psoriasis. Cela s’explique sans doute par le fait que le psoriasis est généralement la manifestation physique d’un excès de stress.
Elle aurait donc non seulement des vertus « curatives » mais également préventives : une autre recherche6 a montré qu’une pratique régulière de la méditation, à raison d’une séance hebdomadaire pendant 8 semaines, augmenterait la production d’anticorps de l’organisme. Cela peut s’expliquer par le lien qui unit les émotions positives et les réactions immunitaires. En outre, la méditation améliore l’interoception (= conscience qu’une personne a de son propre corps, de ses sensations physiques) de la personne qui le pratique. Ainsi, elle est plus réceptive aux différents signaux – notamment négatifs – que lui envoie son corps, et peut se rétablir plus rapidement que les autres en cas de maladie grâce au renforcement de son système immunitaire.

La méditation indiquée pour les maladies psychologiques
La méditation, au vu de tous les bienfaits qu’elle présente sur la gestion du stress, des émotions négatives, est évidemment indiquée dans les troubles psychologiques tels que le stress ou l’anxiété généralisée. Une étude réalisée sur des personnes souffrant d’anxiété généralisée7 a montré que 8 semaines de pratique de la MBSR avaient permis de réduire significativement l’anxiété, comparativement à un groupe témoin.
L’observation de ses émotions et la prise de recul qu’implique la méditation sont donc d’une grande aide contre les troubles psychologiques. Elle permettrait d’ailleurs également de prévenir les rechutes dépressives.

La méditation présente-t-elle des contre-indications ?
La méditation ne présente presque aucune contre-indication. Toutefois, elle ne serait pas recommandée aux personnes souffrant de dépression majeure, car celles-là pourraient avoir plus de difficultés que les autres, lors d’un exercice de méditation, à laisser leurs émotions négatives défiler sans jugement, car le problème de la dépression consiste justement à ressasser les mêmes idées noires.
Samira Leroux pour  http://passeportsante.net

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr & http://blog.homechizen.fr

 

Sources
1. C. André, La méditation de pleine conscience, Cerveau&Psycho n°41, 2010
2. Etude réalisée par le psychologue canadien Michael Speca, cité par C. André, La méditation de pleine conscience, Cerveau&Psycho n°41, 2010
3. K.A. Biegler, M.A. Chaoul, L. Cohen, Cancer, cognitive impairment, and meditation, Acta Oncol, 2009
4. M. Ando, T. Morita, T. Akechi, et al., A qualitative study of mindfulness-based meditation therapy in Japanese cancer patients, Support Care Cancer, 2011
5. Etude réalisée par Natalia Morone, citée par C. André, La méditation de pleine conscience, Cerveau&Psycho n°41, 2010
6. Etude réalisée par le psychologue Claude Berghams, cité par C. André, La méditation de pleine conscience, Cerveau&Psycho n°41, 2010
7. E.A. Hoge, E. Bui, L. Marques, et al., Randomized controlled trial of mindfulness meditation for generalized anxiety disorder: effects on anxiety and stress reactivity, J Clin Psychiatry, 2013

Vous avez du mal à dormir ? Voilà comment s’endormir à tous les coups en moins d’une minute !

sommeil

Vous êtes de ceux qui ne trouvent jamais le sommeil avant 4h du matin, et ensuite vous êtes fatigué toute la journée ? Alors pas de doute, cet article est fait pour vous ! Nous allons vous dévoiler une technique très simple pour trouver le sommeil en moins d’une minute…
Insomniaque et stressée
C’était la semaine avant le mariage de ma meilleure amie, et mon anxiété avait atteint un niveau record. Je n’arrivais plus à dormir, pour ainsi dire. Toute cette nervosité était sans doute due au discours que je devais prononcer dans quelques jours, en tant que demoiselle d’honneur. J’étais terrifiée et je ne parvenais pas à mettre mon cerveau sur « off » afin de m’endormir tranquillement.
Après trois jours de combat pour m’endormir jusque très tard dans la nuit, j’ai fini par admettre que j’étais beaucoup trop nerveuse pour pouvoir trouver le sommeil, et elle – la mariée, qui dormait comme un bébé juste avant son propre mariage – m’a dit que je devais appliquer la technique de respiration du 4-7-8.
Il se trouve qu’elle est praticienne agrée, spécialisée dans le bien-être, elle étudie la méditation, le stress, les techniques de respiration, et m’a dit que ça allait changer ma vie. C’est très simple, vous respirez avec votre nez pendant 4 secondes, retenez votre respiration pendant 7 secondes et expirez avec votre bouche pendant 8 secondes. Elle m’a ensuite expliqué que cette combinaison avait comme une sorte d’ effet chimique sur le cerveau, que cela ralentira ma fréquence cardiaque et que ça me relaxerait suffisamment pour que je fasse dodo sans souci. « Ça marche » m’a-t-elle dit. « C’est fou ».

sommeil2

Comment ça marche ?
Je n’ai pas pu attendre avant de tester cette méthode, et à ma grande surprise, je me suis réveillée le lendemain matin sans même me rappeler de ma huitième expiration, tellement je m’étais endormie rapidement. Les 4 nuits qui ont suivi, même si mon stress a augmenté, j’ai été capable de trouver le sommeil en moins d’une minute grâce à la méthode 4-7-8. Je l’ai aussi utilisée pour me relaxer pendant les instants qui ont précédé mon discours.
Quand vous vous sentez stressé et anxieux, l’adrénaline parcourt vos veines, votre cœur bat vite, et votre respiration devient rapide et peu profonde. Donc, avant de rentrer dans les détails concernant le fonctionnement de cette méthode du 4-7-8, je voulais vous expliquer avec mes propres mots ce que vous ressentez quand vous l’essayez. Pour moi, cette technique de respiration fait un peu l’effet d’une drogue sédative, parce que pour retenir votre respiration pendant 7 secondes puis pour expirer 8 secondes — quand votre respiration est faible et courte — votre corps est forcé de ralentir d’un coup votre fréquence cardiaque. Il n’a pas le choix. Retenir sa respiration, et puis expirer doucement, crée une réaction en chaîne. C’est comme faire le sprint de votre vie jusqu’à la ligne d’arrivée, puis finir par une promenade calme et tranquille.
Quand vous le faites pour la première fois, vous mourrez d’envie de reprendre votre souffle, ou d’accélérer votre décompte, mais si vous le faites sérieusement et que vous respectez vraiment les chiffres sans faire de pause (consécutivement) en répétant les 4-7-8 sans reprendre une respiration normale, vous finirez par vous relaxer. Cela fait le vide en vous comme si on vous donnez un calmant, une drogue relaxante. Je ne me rappelle jamais au-delà de la première session de 4-7-8.
Savez-vous ce que l’on ressent lorsqu’on est mis sous anesthésie, lorsqu’on est conscient, et que la seule dont on se souvient c’est notre réveil ? Eh bien pour moi, cela ressemble à ça. Dès que j’ai commencé cette pratique, je me réveillais le matin sans ne me rappeler de rien. C’était fou !
Maintenant place aux détails techniques : les gens qui sont stressés et anxieux ont tendance à respirer au minimum de leurs capacités pulmonaire, ils ont des respirations courtes, saccadées et retiennent parfois leur respiration sans même s’en rendre compte. En allongeant votre inspiration en comptant jusqu’à 4, vous vous forcez à prendre plus d’oxygène, en retenant votre respiration pendant 7 secondes, vous permettez à cet oxygène d’intégrer vos veines, enfin, en expirant durant 8 secondes, vous recrachez le dioxyde de carbone de vos poumons. Cette technique ralentira votre rythme cardiaque et respiratoire, tout en augmentant le taux d’oxygène dans votre sang de façon significative. Cela vous relaxera immédiatement, que ce soit votre corps, votre esprit, ou votre système nerveux.

 

sommeil3

Comment cela peut marcher pour vous ?
Les techniques de respiration font partie intégrante de diverses techniques de relaxation, depuis des siècles. La personne la plus connue en rapport à la méthode 4-7-8 aux Etats-Unis, est le docteur Andrew Weil d’Harvard.
Soyons clairs, je ne vous dis pas que c’est une technique miracle qui peut vous aider à combattre une maladie ou vous apporter d’immenses bénéfices. Mais je peux vous dire une chose : si cela a le même effet sur vous que sur moi, ça vous aidera à vous endormir vraiment beaucoup plus rapidement !
Dorénavant, je fais ça tous les soirs pour m’endormir, et chaque matin, je suis toujours autant étonnée de voir à quel point ça marche bien !
Source : http://www.demotivateur.fr et les Chroniques d’Acturius
Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et http://blog.homechizen.fr

Avertissement

Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement

La Bienveillance en entreprise

Apprenez à percevoir et décoder l’Aura

Guide stratégique pour vaincre la négativité