Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation
Pages
Archives

Santé

Signal d’alarme de nos malaises et maladies

lb

Dans cette chronique libre, Lise Bourbeau développe sa perception de la maladie. Pour la fondatrice de la méthode « Ecoute ton corps », les maladies sont un signal de notre corps pour nous dire de nous écouter davantage.
Comment vous sentez-vous à l’idée que chaque malaise et chaque maladie vous livrent un message ? Un message manifesté par le biais de votre corps est très précieux, car il provient de votre guide spirituel intérieur. Il veut attirer votre attention lorsque vous agissez à l’encontre des besoins de votre âme qui possède un plan de vie très précis pour vous guider vers l’amour de soi véritable. En résumé, chaque malaise et maladie – d’ordre physique ou psychologique – peut avoir comme origine un manque d’amour de soi.
Les messages se réfèrent à ce que vous ÊTES et non à ce que vous AVEZ ou à ce que vous FAITES. J’entends des gens me dire par exemple que leurs maux de jambes seraient occasionnés par le fait qu’ils travaillent toujours debout. Si c’en était vraiment la cause, toutes les personnes qui passent une grande partie de la journée debout devraient avoir mal aux jambes.
Un malaise ou une maladie représente un signal d’alarme (comme la petite lumière rouge qui s’allume dans une voiture) pour attirer votre attention sur une façon de penser, une croyance, qui vous empêche d’ÊTRE tel que vous voulez. Voici comment vous questionner pour trouver une croyance à l’aide de l’exemple précité :
1. Ce mal de jambes vous empêche d’avoir et de faire quoi dans votre vie ?
Il m’empêche de jouir de mon travail comme je le voudrais, de faire de longues marches, de pratiquer du sport, d’avoir plus de plaisir en général.
2. Le fait de ne pas avoir et de ne pas pouvoir faire ce que vous venez de dire vous empêche d’ÊTRE      quoi ?
Ça m’empêche surtout d’être joyeux et libre.
3. Si vous étiez joyeux et libre au travail et durant vos activités physiques que pourrait-il vous arriver de désagréable ?
Au travail, on me donnerait encore plus de tâches à effectuer. Si je faisais plus d’activités physiques, je serais plus souvent absent de la maison et ma famille n’aimerait pas ça.
4. Si ce que vous venez de dire se manifestait, on vous jugerait ou vous vous jugeriez de quoi ?
Si je refusais plus de travail et que je consacrais aussi plus de temps aux activités physiques qui me font plaisir, les autres et moi-même me traiterions d’égoïste.
Le mal de jambes ne signale pas à cette personne de changer de travail pour ne plus être debout longtemps. Le vrai message est de prendre conscience qu’elle croit qu’ÊTRE JOYEUSE ET LIBRE signifie ÊTRE ÉGOÏSTE. Par manque d’amour de soi, elle ne se permet pas d’être tel qu’elle aspire au plus profond d’elle-même. Ses réponses aux deux premières questions indiquent ce que son âme désire et ce dont elle a besoin pour être heureuse.
Un malaise physique attire donc votre attention sur le fait que vous écoutez votre croyance, c’est-à-dire ce que vous avez appris durant votre enfance au lieu d’écouter votre cœur. Ce qui est le plus triste, c’est que chaque fois que vous ne vous aimez pas suffisamment, vous développez des attentes envers les autres. Vous vous attendez, par exemple, à ce qu’ils reconnaissent les sacrifices que vous faites pour eux, alors que c’est vous-même qui avez décidé d’agir selon votre croyance.
Personne au monde ne peut vous donner l’amour dont vous avez besoin. Vous seul avez ce pouvoir. Vivre en société est une grande aide pour se connaître puisque les personnes qui vous entourent vous reflètent votre propre degré d’amour. Quand vous vous aimez et vous acceptez tel que vous êtes, les autres vous acceptent automatiquement.
En effet, il est important de ne pas se faire d’illusions sur notre degré d’acceptation et d’amour de soi. De nombreuses personnes croient s’aimer parce qu’elles FONT les choses qui leur plaisent. Cependant, si elles ressentent la moindre trace de culpabilité, c’est qu’il y a un manque d’acceptation envers ce qu’elles font.
L’amour de soi, c’est se donner le droit d’être tel qu’on veut, c’est s’observer, sans porter de jugement. Pour y arriver, il faut d’abord se donner le droit d’être tel qu’on ne veut pas sans se juger ni s’accuser.

 

lb1
Revenons à notre exemple. Si la personne décidait de consacrer autant de temps qu’elle veut à ses loisirs et que sa famille se plaignait de son absence, cela lui indiquerait qu’elle ne s’accepte pas. Même si elle agit selon son besoin, elle continue de croire la petite voix de son ego qui lui dit qu’elle est très égoïste d’agir ainsi. Pour arriver un jour à être joyeuse et libre, elle doit d’abord accepter d’être parfois égoïste en prenant du temps pour son plaisir.
Le moyen idéal pour savoir si vous arrivez à vous accepter, est d’observer votre attitude lorsqu’une autre personne n’est pas comme vous voulez. Pouvez-vous l’accepter sans la juger ou l’accuser ?

 
Issu du Dossier  http://femininbio.com       http://livreblogdujeudutao.unblog.fr

Lu et communiqué par Michel  http://blog.homechizen.frhttp://homechizen.fr

 

La santé et la morpho typologie

Lorsque l’on parle de la santé, l’on pense automatiquement à la maladie.

nurse-359324__180
Qu’est-ce que la Maladie ?
Pour la médecine conventionnelle, elle est considérée comme une dégradation de l’état de santé qui se traduit par des signes et des symptômes traités par la pharmacopée, la chirurgie et la radiothérapie. Cette médecine déresponsabilise le malade et le rend spectateur de la maladie et de sa vie. Alors qu’elle ne devrait s’appliquer que dans l’urgence des maladies graves.
Pour la naturopathie, la maladie est vue comme faisant partie de la vie. Pour certain même, elle est vue comme une réaction positive de l’organisme car cela montre le bon état des défenses face aux agressions, l’on parle des maladies aiguës. Cette médecine aborde, responsabilise et implique le malade.
En effet la santé est liée à la respiration, l’hydratation, l’alimentation, l’exercice, l’hygiène intestinal, l’état psychologique, le stress.
La santé dépend en grande partie de l’alimentation. A une certaine époque l’Homme avait un instinct et une écoute de son corps tel qu’il savait ce dont son corps avait besoin et le lui donnait. De nos jours, nous sommes envahis par « la mal boufe », les mauvaises habitudes alimentaires, quelques préjugés pour ne pas dire beaucoup et une mauvaise information.
En réalité notre alimentation devrait tenir compte, au moins, de notre morphotype et de notre tempérament ainsi que de notre capital énergétique.
La morpho typologie se décline selon les 4 types suivants et qui correspondent chacun à des tempéraments bien précis:
Les neuro-arthritiques : Ils ont le teint blanchâtre, les extrémités froides, ils sont frileux et longilignes avec une tendance à l’anxiété, à être nerveux. Ils ont besoin de légumes cuits et de céréales douces, peu de fruits surtout en période hivernale et s’ils sont acides.
Les sanguino-pléthorique : ils ont le teint rose à rouge, les extrémités sèches chaudes ou moites, ne sont pas frileux. Brévilignes, jovials avec une bonne communication, ils aiment l’eau froide. Il leur faut ajouter des fruits et légumes à leur alimentation et diminuer voir supprimer les céréales fortes.
Les tempéraments des sanguino-pléthoriques (3 types)
– Le sanguin doit éviter la surcharge lipidique, glucidique, et protidique ;
– Le digestif doit tenir compte des mêmes recommandations que pour le sanguin et de plus, éviter la carence en fruits et la suralimentation ;
– L’obèse, lui, devra suivre les mêmes indications que pour les deux autres et faire bien attention à ne pas rester sédentaire.

– Les tempéraments des neuro-arthritiques (3 types)
– Le respiratoire devra éviter les excès de glucides et de lipides ;
– Le cérébral devra de plus éviter les excès de protides et les aliments acides ;
– Le nerveux suivra les mêmes indications que pour les deux autres et aussi faire attention aux surcharges.
Le capital énergétique se décline selon deux types :
– Le type sur-vital qui est actif, tonique, et a un très bon système immunitaire. Sa charpente ostéo-articulaire et sa musculature sont bonnes. Il digère bien ne craint ni les saveurs acides ni l’eau froide. Pour lui, il est conseillé des fruits en abondance, des aliments acides (tomates, produits animaux, agrumes…), des aliments concentrés (huile, miel).
– Le type sous-vital qui est peu tonique, frileux, sensible aux infections et au stress avec une tendance à la déminéralisation et un manque de musculature. Il devra éviter les fruits (il n’en a pas ou très peu besoin) ainsi que les aliments acides.

La prochaine fois nous parlerons des différents régimes.
Delphine Ae

pour  blog.homechizen.fr

 

Avertissement
Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement
La Bienveillance en entreprise
Apprenez à percevoir et décoder l’Aura
Guide stratégique pour vaincre la négativité