Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation
Pages
Archives

Santé

La maladie de Crohn : définition, symptômes, traitement

La maladie de Crohn touche 4 à 5 personnes sur 100.000 en France. Comment se manifeste-t-elle ?

La maladie de Crohn est une inflammation chronique du tube digestif, touchant principalement l'iléon, le côlon et l'anus.

La maladie de Crohn est une inflammation chronique du tube digestif, touchant principalement l’iléon, le côlon et l’anus.              photo MARIE SCHMITT / BSIP / AFP

Qu’est-ce que c’est ?

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI)* pouvant atteindre n’importe quelle partie du tube digestif, de la bouche à l’anus. Le plus souvent, elle frappe essentiellement le côlon (colite) ou l’intestin grêle (iléite), touchant indifféremment les hommes et les femmes. Elle est découverte généralement entre 20 et 30 ans mais peut survenir à tout âge. Elle évolue sous forme de poussées – on parle également de périodes d’activité de la maladie -, séparées de périodes de rémission (disparition des signes cliniques).

*Les MICI regroupent la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique, deux maladies caractérisées par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes apparaissent lors des périodes dites d’activité. Selon sa localisation, la maladie cause des douleurs abdominales, accentuées après les repas, des diarrhées avec ou sans saignement, des fissures anales… L’état général est souvent affecté, avec une sensation de fatigue importante, un manque d’appétit, un amaigrissement et de la fièvre.
La maladie de Crohn générant des désordres vasculaires dans d’autres régions que celles du tube digestif, les poussées peuvent provoquer des manifestations articulaires, cutanées ou encore oculaires.

Quelles sont les causes ?

L’origine de la maladie de Crohn n’est pas encore totalement connue. Un gène de prédisposition a toutefois été identifié, sa mutation entraînerait un risque 40 fois plus élevé de développer la maladie. L’environnement est également suspecté puisque la maladie de Crohn se développe essentiellement dans les pays industrialisés. Enfin, le tabac a été clairement identifié comme facteur aggravant.

Quelles sont les complications ?

Lors de poussées intenses, la maladie peut provoquer le rétrécissement d’un segment intestinal découlant dans certains cas sur une occlusion. Il peut également y avoir un abcès aboutissant à une fistule, c’est-à-dire que l’intestin malade s’ouvre sur un autre organe. Enfin, la maladie de Crohn, comme toutes les MICI, multiplie par 2 à 2,5 le risque de cancer colorectal.

Quel est le traitement ?

Les causes étant inconnues, la maladie de Crohn ne se guérit pas encore. Les traitements médicamenteux visent à combattre les inflammations lors des crises mais aussi au long cours. Un traitement à base d’anti-inflammatoires, ou de corticoïdes si les premiers sont inefficaces, est prescrit pendant les poussées. En outre, des immunomodulateurs sont administrés en traitement de fond.

Teaser « explique moi les biothérapies, les malades en parlent » de WEBTV AFA sur

Pour contrecarrer les effets des diarrhées, une supplémentation en fer, vitamines (notamment B9), zinc, magnésium, peut se révéler utile.
Si au bout d’une dizaine d’années, les traitements ne portent pas leur fruit ou en cas de complications, une intervention chirurgicale peut être pratiquée pour retirer le segment d’intestin le plus affecté.

Des liens pour s’informer

>> L’Association François Aupetit

>> Le dossier d’information de l’Inserm

>> La Société nationale française de gastro-entérologie

De la doc’ utile

La médiathèque (brochures à télécharger, vidéos…) de l’Association François Aupetit

https://sciencesetavenir.fr

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et http://blog.homechizen.fr

La preuve scientifique irréfutable que les ondes d’un cellulaire sont cancérogènes

il n’y a plus aucun doute. Le cellulaire tue! Et il est particulièrement dangereux pour les enfants. Une étude de 25 millions de dollars sur des rats vient de le démontrer. Ne vous collez plus ces appareils sur la tête. Empêchez vos enfants de moins de 12 ans de s’en approcher. Pour plus de précaution, éteignez le routeur Wi-Fi la nuit et utilisez-le le moins possible le jour. Voici la traduction d’un communiqué de presse publié par l’Environmental Working Group ce vendredi après-midi.

WASHINGTON – Les données de la plus grande étude animale sur les effets de la radiation des téléphones portables, publiée aujourd’hui par le National Toxicology Program du gouvernement fédéral américain, confirment les résultats d’études humaines selon lesquelles le rayonnement des téléphones portables augmente le risque de cancer.

La recherche a révélé que les rats mâles exposés aux rayonnements à haute fréquence avaient plus de chance de développer un cancer malin du cerveau, des tumeurs dans le cœur et des tumeurs dans d’autres organes. Diverses tumeurs ont également été observées chez des souris exposées à un rayonnement de radiofréquences. La quantité de rayonnement à laquelle les animaux de laboratoire ont été exposés comprenait les niveaux émis par les téléphones cellulaires que des milliards de personnes utilisent tous les jours.

«Il s’agit de l’étude la plus fiable publiée qui relie le cancer au rayonnement des téléphones portables – elle devrait alerter les décideurs et sensibiliser tous les Américains», a déclaré Olga Naidenko, Ph.D., conseillère scientifique principale à l’Environmental Working Group (EWG). «Ces études auraient dû être faites avant que plus de 90 pour cent des Américains, y compris les enfants, aient commencé à utiliser cette technologie jour après jour.»

La menace que le rayonnement des appareils sans fil pourrait constituer un risque pour la santé publique ne fait que s’accroître avec le rapport du NTP paru aujourd’hui. En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé a conclu que les rayonnements émis par les téléphones portables étaient «peut-être cancérogènes pour l’homme», d’après des études épidémiologiques chez l’homme.

«Alors que de nouveaux réseaux de télécommunications sont construits dans le pays, une évaluation approfondie des risques pour la santé des enfants est essentielle», a ajouté M. Naidenko.

L’EWG a été à l’avant-garde des organisations d’intérêt public soulevant des inquiétudes au sujet de l’utilisation des téléphones portables et du cancer. L’étude fédérale de 25 millions de dollars, qui a duré une décennie, confirme les rapports de l’EWG de 2009 et 2013 qui soulignaient les risques potentiels pour la santé associés aux téléphones cellulaires et aux appareils sans fil, en particulier pour les enfants.

L’examen scientifique 2009 de l’EWG sur les risques de cancer et la santé des enfants a résumé des études approfondies montrant une variété de méfaits pour la santé liés à l’utilisation à long terme des téléphones cellulaires. Cela comprenait un risque accru de deux types de tumeurs cérébrales, y compris le gliome; la diminution du nombre de spermatozoïdes, de la motilité et de la vitalité chez les hommes; des effets neurologiques; et des changements dans le métabolisme cérébral.

En décembre 2017, l’État de Californie a officiellement publié des lignes directrices conseillant aux utilisateurs de téléphones portables d’éloigner les téléphones de leur corps. Lorsque ces lignes directrices révolutionnaires ont été rendues publiques, la directrice du département de la santé publique de la Californie, Karen Smith, a déclaré:

Des mesures simples, comme ne pas garder votre téléphone dans votre poche et l’éloigner de votre lit la nuit, peuvent aider à réduire l’exposition des enfants et des adultes … Le cerveau des enfants se développe pendant l’adolescence et peut être plus affecté par l’utilisation du cellulaire. Les parents devraient envisager de réduire le temps que leurs enfants utilisent les téléphones cellulaires et les encourager à éteindre les appareils la nuit.

Pour aider les consommateurs concernés à prendre des mesures pour se protéger et protéger leur famille, l’EWG a créé des outils et des astuces qui peuvent aider à réduire l’exposition au rayonnement des téléphones portables. Cela inclut le Guide d’EWG pour une utilisation plus sûre des téléphones cellulaires et Six questions sur le rayonnement cellulaire et votre santé.

Les résultats des études fédérales publiées pour examen par les pairs par le National Toxicology Program aujourd’hui sont disponibles à l’adresse https://ntp.niehs.nih.gov/about/org/sep/trpanel/meetings/docs/2018/march/index.html.

Pour en savoir plus, voir à http://www.cqlpe.ca/#DR. Y lire notamment tout ce qui concerne la 5G dans les récentes nouvelles. À la lumière des résultats de cette étude, et comme l’ont déclaré des experts indépendants dans un appel réclamant un moratoire sur le déploiement de la 5G, en septembre dernier, il faut ABSOLUMENT stopper définitivement le déploiement de millions de nouvelles antennes pour la 5G, infiniment plus dangereuse pour la santé que les ondes de la 3G auxquelles les rats de cette étude du NTP ont été exposés.

Source: https://maisonsaine.ca/

les chroniques d’acturius

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et http://blog.homechizen.fr

Avertissement
Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement
La Bienveillance en entreprise
Apprenez à percevoir et décoder l’Aura
Guide stratégique pour vaincre la négativité