Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation
Pages
Archives

Santé

(Santé) Lien entre émotions et maladie

Toutes les émotions que vous refoulez à l’intérieur de vous-même parce que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps.

Les émotions génèrent des symptômes physiques, par exemple la peur, l’angoisse donnent des palpitations cardiaques, des vertiges, sueurs, tremblements ou mains moites.

* LA PANIQUE peut provoquer des diarrhées.
* LA COLÈRE retenue ou la rancune : une crise de foie.
* LA DIFFICULTÉ A TROUVER OU A PRENDRE SA PLACE peut provoquer des infections urinaires à répétition.
* QUELQUE CHOSE QU’ON NE VEUT PAS ENTENDRE OU QUAND ON NE VEUT PAS S’ÉCOUTER, des otites, douleurs d’oreilles.
* QUELQUE CHOSE QU’ON N’A PAS OSÉ DIRE, QU’ON A RAVALÉ , une angine, des maux de gorge.
* UN REFUS DE CÉDER, DE PLIER, D’OBÉIR OU DE SE SOUMETTRE, des problèmes de genoux.
* PEUR DE L’AVENIR, PEUR DU CHANGEMENT, PEUR DE MANQUER D’ARGENT, des douleurs lombaires.
* INTRANSIGEANCE, RIGIDITÉ, douleurs cervicales et nuque raide.
* CONFLIT AVEC L’AUTORITÉ, douleurs d’épaules.
* TOUT PRENDRE SUR SOI, également douleurs d’épaules, sensation d’un fardeau.
* SERRER LES DENTS POUR AFFRONTER QUELQU’UN OU UNE SITUATION SANS RIEN DIRE…douleurs dentaires, aphtes, abcès.
* PEUR DE L’AVENIR, difficulté a aller de l’avant ,ou besoin de lever le pied :
* Douleurs dans les jambes, les pieds, les chevilles.

Maladies du foie : Le foie représente les choix, la colère, les changements et l’adaptation.
On peut souffrir du foie quand on ne parvient pas à s’adapter à des changements, professionnels ou familiaux.
* Difficultés d’ajustement à une situation.
* Sentiment de manque continuel ou peur de manquer.
* Colère refoulée.
* Personnes sujettes aux maladies du foie : les personnes qui critiquent et qui jugent beaucoup (elles-mêmes et les autres) et/ou qui se plaignent souvent.

Maladies de la vésicule biliaire : La vésicule biliaire est en rapport avec l’extérieur, la vie sociale, la lutte, les obstacles, le courage.
* Se faire de la bile, s’inquiéter, s’angoisser.
* Sentiment d’injustice. Colère, rancune.
* Se sentir envahi, empiété sur son territoire par une personne autoritaire.
* Agressivité rentrée et ruminante, mécontentement retenu.
* Se retenir de passer à l’action. Difficultés à faire un choix, de peur de se tromper.

LA GLANDE THYROÏDE
* Profonde tristesse de ne pas avoir pu dire ce qu’on aurait voulu.
* Sentiment d’être trop lent par rapport à ce qu’on attend de nous.
* Impuissance, sentiment d’être coincé dans une situation, être devant un mur, dans une impasse.
* Être bloqué dans la parole ou dans l’action, être empêché d’agir.
* Pas le droit de parler, de s’exprimer. Ne pas se sentir écouté. Difficultés à s’affirmer.
* Une déception ou une injustice n’a pas été « avalée » et est restée en travers de la gorge.

LES HERNIES
En règle générale : de la détresse implose à l’intérieur et demande à être libérée.
Désir de rompre ou de quitter une situation où on se sent coincé, mais où l’on reste par peur de manquer de quelque chose, généralement du matériel.
Auto-punition parce qu’on s’en veut, incapacité à réaliser certaines choses qu’on voudrait.
Frustration de travailler dur, se sentir poussé à aller trop loin, ou essayer d’atteindre son but d’une manière excessive, qui en demande trop. Une poussée mentale (de stress) essaie de sortir.

Mais en plus, le lieu où siège l’hernie indique son message émotionnel de manière plus précise et complémentaire :
Hernie inguinale : (dans l’aine) : difficulté à exprimer sa créativité, secret que l’on renferme et qui nous fait souffrir. Désir de rompre avec une personne qui nous est désagréable, mais avec laquelle on se sent engagé ou qu’on est obligé de côtoyer. On aimerait sortir, s’extirper de cette situation.

Hernie ombilicale : nostalgie du ventre de la mère où tout était facile et où se sentait totalement en sécurité. Refus de la vie.
Hernie discale : conflit intérieur, trop de responsabilité, sentiment de dévalorisation, ne pas se sentir à la hauteur de ce qu’on attend de nous, projets et idées non reconnus. La colonne vertébrale représente le soutien.
Besoin d’être appuyé, soutenu, mais difficulté ou impossibilité de demander de l’aide.
Hernie hiatale : se sentir bloqué dans l’expression de ses sentiments, de son ressenti.
Refouler ses émotions.
Tout vouloir diriger, ne pas se laisser porter par la vie mais la contrôler.

LES GENOUX
Douleurs aux genoux, genoux qui flanchent, genoux qui craquent, douleurs aux ménisques : refus de plier, de se « mettre à genoux » (de se soumettre) de céder, fierté, ego, caractère inflexible ou au contraire, on subit sans rien oser dire, on s’obstine, mais nos genoux nous disent que nous ne sommes pas d’accord avec cette situation.

Difficultés à accepter les remarques ou les critiques des autres.
Problèmes avec l’autorité, la hiérarchie, problèmes d’ego, d’orgueil.
Devoir s’incliner pour avoir la paix.
Ambition réfrénée ou contrariée par une cause extérieure,
Entêtement, humiliation.
Culpabilité d’avoir raison.
Colère d’être trop influençable.

Les maladies LA PEAU, eczéma, acné, psoriasis
Les maladies de peau ont très souvent, à l’origine, un conflit de séparation mal géré, une séparation mal vécue, soit par la mère, soit par l’enfant, ou la peur de rester seul et un manque de communication.
Séparation aussi envers soi-même : dévalorisation de soi vis-à-vis de l’entourage. Porter trop d’attention à ce que les autres peuvent penser de nous.

Eczéma : anxiété, peur de l’avenir,
difficultés à s’exprimer.
Impatience et énervement de ne pas pouvoir résoudre une contrariété.
Séparation, deuil, contact rompu avec un être cher.

Chez les enfants, l’eczéma peut résulter d’un sevrage trop rapide ou d’une difficulté de la mère à accepter que son enfant ne soit plus « en elle ». Sevrage de l’allaitement ou reprise du travail de la maman et culpabilité non exprimée, mais que l’enfant ressent et somatise ainsi.
Querelles ou tensions dans la famille, que l’enfant ressent. Insécurité.

Acné : manière indirecte de repousser les autres, par peur d’être découvert, de montrer ce qu’on est réellement, parce qu’on pense qu’on ne peut pas être aimé tel que l’on est. Puisqu’on se rejette, on crée une barrière pour que les autres ne nous approchent pas.

Refus de sa propre image, de sa personnalité ou de sa nouvelle apparence.
Honte des transformations corporelles.
Difficulté à être soi-même, refus de ressembler au parent du même sexe.

Psoriasis : personne souvent hypersensible qui n’est pas bien dans sa peau et qui voudrait être quelqu’un d’autre. Ne se sent pas reconnue, souffre d’un problème d’identité. Le psoriasis est comme une cuirasse pour se défendre.

Besoin de se sentir parfait pour être aimé.
Souvent une double conflit de séparation, soit avec deux personnes différentes, soit un ancien conflit non résolu, réactivé par une nouvelle situation de séparation.
Se sentir rabaissé ou rejeté, à fleur de peau.
Se protéger d’un rapprochement physique, ou protéger sa vulnérabilité, mettre une barrière.

LES BRAS : Il y a de nombreuses causes émotionnelles liées aux douleurs et aux problèmes de bras.
Les bras sont le prolongement du cœur et sont liés à l’action de faire et de recevoir, ainsi que l’autorité, le pouvoir.
Les douleurs aux bras peuvent être liées à de la difficulté à aimer ce que je dois faire. Se sentir inutile, douter de ses capacités, ce qui amène la personne à se replier sur elle et à s’apitoyer sur ses souffrances.

Se croire obligé de s’occuper de quelqu’un.
Ne pas se sentir à la hauteur lorsque l’on est le « bras droit » de quelqu’un.
Difficulté à prendre les autres dans ses bras, à leur montrer de l’affection.
Je m’empêche de faire des choses pour moi-même, parce que je me souviens des jugements négatifs et des interdictions durant mon enfance, ce qui m’avait blessé.
Je ne me permets pas de prendre ou je regrette d’avoir pris quelque chose, ou je pense que j’ai obtenu quelque chose que je ne méritais pas.
Ou quelque chose me revient de droit , que je n’ai pas pris, je ressens de la colère.
Se rapporte au fait d’avoir été jugé par ses parents.
Vouloir emprisonner quelqu’un dans ses bras pour l’avoir sous contrôle, mais avoir dû le laisser s’envoler, et ne plus pouvoir l’aimer et le protéger (un enfant, par exemple…).
Vivre une situation d’échec, devoir baisser les bras.

LES ÉPAULES : c’est ce qui porte. Les épaules portent les joies, les peines, les responsabilités, les insécurités.
Le fardeau de nos actions et tout ce qu’on voudrait faire, mais qu’on ne se permet pas, ou qu’on n’ose pas…
On se rend responsable du bonheur des autres, on prend tout sur soi, on a trop à faire, on se sent écrasé, pas épaulé, pas soutenu.

Douleurs possibles aussi quand on nous empêche d’agir, ou que l’on on nous impose des choses.
Lorsque l’on vit une situation dont ont ne veut plus, on désire passer à autre chose, mais le manque de confiance en soi nous bloque.
On manque d’appui, on manque de moyens. On ne se sent pas aidé.
Une personne chère ou l’un de nos parents vit de la tristesse et on aimerait prendre son chagrin et ses problèmes pour l’en libérer.
Colère retenue contre un enfant ou une autre personne qui se la coule douce alors qu’on ne se donne même pas le droit de prendre un temps de pause.
Au travail ou à la maison, avec son conjoint, on se sent dans l’obligation de se soumettre, on se sent dominé sans oser réagir.
On vit de l’insécurité affective (douleur épaule gauche) ou de l’insécurité matérielle (douleur épaule droite).

Épaules rigides et bloquées : blocage de la circulation de l’énergie du cœur, qui va vers l’épaule, puis vers le bras, le bras donne (le bras droit) et reçoit (le bras gauche).
Ce blocage d’énergie est souvent retenu dans une articulation ou un tissu .
L’énergie doit circuler du cœur vers les bras pour permettre de faire, de réaliser ses désirs.
On porte des masques, on bloque ses sentiments, on entretient des rancunes (douleurs dans les trapèzes, surtout à gauche). parfois envers soi-même.
On paralyse ses épaules pour s’empêcher d’aller de l’avant, de faire ce qu’on aimerait vraiment. On prend le fardeau sur soi plutôt que d’exprimer ses demandes et ses ressentis, de peur de mécontenter l’autre.
Difficulté ou impossibilité à lever le bras : conflit profond avec sa famille, difficulté à voler de ses propres ailes.

Publié dans Holistique

Comment « réveiller » le nerf vague pour améliorer notre bien-être

Pour pouvoir réveiller le nerf vague et profiter de tous ses bienfaits nous devons nous concentrer sur la respiration pour réactiver de nombreuses fonctions vitales et se sentir mieux.

Comment « réveiller » le nerf vague pour améliorer notre bien-être

L’être humain dispose de douze paires de nerfs provenant du crâne. Parmi eux, le numéro dix est sans aucun doute le plus intéressant et puissant : le nerf vague.

Il fait partie du système nerveux parasympathique et sa fonction est très concrète et en même temps passionnante.

Il nous aide à nous relaxer, à trouver un état de calme adéquat pour faire face au stress, à l’anxiété et profiter d’une sensation de bien-être pour avoir une meilleure qualité de vie.

Tout le monde n’a pas conscience de l’importance de ce nerf dans notre corps.

Cela est dû à une raison très simple : les personnes font plus attention aux stimuli externes qu’à l’écoute patiente et intuitive de leur propre corps.

Dans cet article nous vous proposons de prendre une demi-heure rien que pour vous. Une brève coupure ou vous apprendrez à « réveiller » votre nerf vague pour améliorer votre qualité de vie.

Si nous mettons en pratique ces stratégies chaque jour, nous noterons rapidement les changements.

Êtes-vous prêt-e-s à essayer ?

Localisation du nerf vague

composition nerf vague

Le nerf vague ou nerf pneumogastrique nait du bulbe rachidien pour réaliser ensuite un long et fascinant parcours par :

  • Le pharynx
  • L’œsophage
  • Le larynx
  • La trachée
  • Les bronches
  • Le cœur
  • L’estomac
  • Le pancréas
  • Le foie

Il passe également à travers différentes artères, plexus et une grande quantité de fibres synaptiques.

On pourrait dire qu’il est semblable à une longue autoroute qui parcourt la partie supérieure de notre organisme et réalise en même temps les fonctions suivantes :

  • Permet la sensibilité
  • Stimule les muscles de la cavité vocale pour favoriser la communication
  • Régule la respiration
  • Stimule la production d’ocytocine (l’hormone de la tendresse, de l’amour, du lien maternel)
  • Régule les fonctions du foie et du pancréas
  • Donnée fascinante : il permet de calmer nos attaques de hoquet

 

Le nerf vague, une structure associée au bien-être général

femme nature

Nous expérimentons tou-te-s quotidiennement les symptômes suivants :terminer de manger et sentir une fatigue indéfinie, comme une légère somnolence qui nous invite à nous asseoir pour nous relaxer ou dormir une courte sieste.

  • Cette sensation est régulée par le nerf vague. Après avoir mangé, notre organisme va consommer beaucoup d’énergie pour pouvoir réaliser la digestion.

De là, ce nerf nous induit une série de stimuli pour favoriser le calme et la somnolence résultante.

  • Le nerf vague régule aussi la digestion, supervise que le cœur ne s’excite pas en excès.
  • Certaines personnes souffrent par exemple du syndrome du « malaise vagal ».

Lorsqu’elles sont surexcitées, montrent trop d’effusion ou ont peur, le nerf vague les induit à une perte de conscience : elles s’évanouissent. Ce sont des cas extrêmes.

  • Il régule également notre système immunitaire et la régénération cellulaire
  • Par ailleurs, une autre fonction de cette structure fascinante est de nous donner la sensation de satiété
  • Étroitement lié au processus digestif, il joue aussi le rôle de régulateur. C’est lui qui nous dit que nous sommes rassasié-e-s et celui qui contrôle notre plus ou moins grand appétit quand nous souffrons de stress

Comme nous pouvons le voir, il favorise naturellement diverses fonctions : la relaxation, la satiété, notre poids, souffrir d’une plus ou moins grande anxiété… Il est sans aucun doute fascinant.

Découvrez aussi :Comment faire de l’eau de gingembre pour perdre du poids

Technique pour « réveiller » le nerf vague

technique d'inclinaison pour "réveiller" le nerf vague

Cette technique est très simple et ne vous prendra pas plus d’une demi-heure de votre temps. Cependant, il est indispensable de la pratiquer quotidiennement au même moment de la journée.

Vous noterez qu’elle ressemble à n’importe quelle technique de relaxation du Mindfulness, où la clé est de toujours contrôler un type de respiration spécifique.

Voyons quelles sont les étapes :

  • Nous porterons des vêtements amples et commodes
  • Nous devons nous coucher sur une superficie inclinée, avec la têtevers le bas (position de Trendelenburg)
  • Placez un linge humide et frais sur votre front
  • Inspirez avec le nez pendant 6 secondes, de façon à ce que l’air s’accumule dans la partie basse de votre ventre (respiration abdominale)
  • Gardez cet air pendant 6 secondes tout en contractant le ventrecomme si quelqu’un allait vous donner un coup de poing
  • Ensuite, respirez profondément pendant 7 secondes en gonflant votre ventre, mais en même temps vous devez contracter vos lèvres comme si vous étiez en train d’éteindre une bougie (c’est le meilleur moyen de nous oxygéner et d’activer le nerf vague)
  • Répétez cet exercice 7 fois
  • À la fin, incorporez-vous petit à petit et attendez 5 minutes avant de vous lever. Détendez-vous. Une fois levé-e-s, il est conseillé de boire un verre d’eau fraîche

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un exercice très simple. En réalité, il permet de favoriser simplement une respiration adéquate avec laquelle vous réactivez de nombreuses fonctions vitales.

Ce nerf irradie une grande partie de notre organisme, c’est pourquoi nous devons le connaître ainsi que son rôle sur notre bien-être.

Image principale de ©wikiHow.com

https://amelioretasante.com

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et http://blog.homechizen.fr

Avertissement
Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement
La Bienveillance en entreprise
Apprenez à percevoir et décoder l’Aura
Guide stratégique pour vaincre la négativité