Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation
Pages
Archives

Métaphysique

Constipation émotionnelle

Il était une fois un renard. Glouton comme pas un, il engloutissait ses proies sans les mâcher. C’est ainsi qu’un beau matin de Printemps il avala tout rond une oie. Mais celle-ci était coriace et une fois dans le ventre de l’animal, elle s’empressa de chercher la porte de sortie. Elle finit par la trouver et après avoir cheminé tant bien que mal dans l’intestin elle sortit la tête par le trou de balle du renard. Elle se mit à brailler sans arrêt car malgré ses efforts, elle ne pouvait sortir le reste de son corps, le trou étant trop étroit.

Le renard était bien embêté car partout où il passait, l’oie continuait son tintamarre et  attirait la foule. Monsieur goupil dut subir multiples quolibets de la part de son voisinage. Cela n’arrangea nullement sa relation avec la renarde dont il était amoureux. En effet, celle-ci aimait bien le renifler au niveau de l’arrière train, comme le font tous les renards. Mais cela était impossible, car l’oie lui pinçait le museau avec son bec puissant.

Pendant plusieurs jours, Renard déambula ainsi puis finit par se rendre chez le pharmacien pour acheter un laxatif. Mais celui-ci n’eut d’autre effet que d’augmenter son mal de bide. Plusieurs fois, il retourna acheter un remède encore plus puissant. Le Pharmacien finit par lui donner un remède de cheval ce qui n’est guère adapté pour un renard, mais c’était la seule issue possible.

Une fois la potion avalée, le renard crut que la fin du monde était arrivée. Il sentait des va et vient de marée noire intérieure qui lui donnaient la nausée. Le remède fit si bien son effet qu’au bout de quelques heures, l’Oie fut propulsée hors du séant de Renard. Elle s’empressa de se jeter dans la rivière avoisinante afin de se laver de tout ce qui était sorti avec elle. Puis, après avoir séché son plumage, continua son petit bonhomme de chemin.

Quant au Renard, après s’être lui aussi lavé et reposé, il se jura bien que désormais il serait plus sobre, prendrait le temps de mâcher. La leçon avait porté ses fruits. Depuis ce jour là, les oies peuvent passer à proximité du renard sans être inquiétées.

Nous nous comportons parfois comme ce renard, avides de savoir, nous ingurgitons une quantité phénoménale d’informations qui finissent par bloquer nos conduits intérieurs. C’est alors que nous avons mal au bide, ressentons des douleurs intérieures, que la circulation de l’énergie dans notre corps se ralentit. En fait la constipation commence dans la tête, l’intestin étant notre deuxième cerveau. Pour nous libérer nous essayons alors multitude de remèdes et thérapies plus ou moins efficaces. Souvent, elles provoquent encore plus de malaise. Il nous faut donc ingérer un remède de cheval et pour nous celui-ci n’est autre que la Lumière blanche qui guérit tout ; nettoie tout, accomplit le pardon total et le lavage intestinal adéquat à notre mieux être.  Tant que nous prenons des remèdes de bonne femme nous ne pouvons nous sentir libre ; tant que nous pensons que nous avons une multitude de trucs à comprendre, de formules magiques à réciter, de prières à ingurgiter, nous encombrons notre intérieur et notre Enfant intérieur ne pouvant se réjouir finit par étouffer. L’Onde vibrale de l’Amour est le remède universel, elle évacue toutes les charges émotionnelles du passé d’un seul coup.

Christian Duval – Wydyr

Source: http://lagazettedewydyr.wixsite.com/

Lu et communiqué par Michel https://homechizen.fr  et https://blog.homechizen.fr

Les émotions nous aident à couvrir nos besoins

Nous avons tous des besoins de différents types, comme l’a expliqué Maslow avec sa pyramide. Certains sont des besoins basiques, comme l’alimentation et la protection ; d’autres sont des besoins de relation, comme l’affection et la reconnaissance. Les émotions nous aident à couvrir nos besoins car elles nous aident à survivre, à distinguer une situation dangereuse ou une qui nous produit du bien-être. Par ailleurs, elles nous poussent et nous motivent à nous lier et à communiquer avec les autres.

Ainsi, les émotions sont de véritables compagnons de voyage. Le problème étant que, parfois, nous sommes fatigués d’avancer avec elles jour et nuit. Nous devons donc apprendre à les gérer pour mieux cohabiter intérieurement.

Les émotions nous aident à couvrir nos besoins pour survivre et nous motivent à nous lier avec les autres.

Nous existons et nous communiquons grâce aux émotions

Les émotions sont nécessaires pour la survie; l’une de leurs principales fonctions est de nous préparer physiologiquement pour l’action. Beaucoup d’animaux présentent des comportements émotionnels qui se caractérisent par leur efficacité; en d’autres termes, il existe certaines émotions qui nous permettent d’agir immédiatement. C’est peut-être le premier point sur lequel les émotions nous aident à couvrir nos besoins.

Par exemple, quand nous avons peur parce que nous voyons un serpent, avant même de pouvoir penser s’il est vénéneux ou non, notre corps réagit déjà. Dans ce cas, notre rythme cardiaque augmente pour qu’une plus grande quantité de sang atteigne nos muscles et pour que nous puissions les bouger pour échapper physiquement au possible danger. De cette façon, si nous avons besoin de nous écarter rapidement d’une situation, nous ne perdrons pas de temps à penser et nous augmenterons nos probabilités de survie.

femme et émotions

Les émotions communiquent des informations aux autres sur la façon dont nous percevons et interprétons les stimuli, aussi bien internes qu’externes. Généralement, nous réalisons une bonne partie de cette communication à travers la communication non-verbale. Ce type de communication est plus rapide, naturel et intuitif que le langage verbal. De cette manière, même si ce n’est pas intentionnel, la communication des émotions exerce une influence chez les autres.

Les émotions nous servent de guide car elles nous donnent des informations précieuses sur chaque situation. Elles nous aident à savoir si l’expérience nous convient ou non en fonction de notre ressenti (agréable ou désagréable). De cette façon, selon ce que nous ressentons, nous voudrons répéter une expérience ou l’éviter. Par conséquent, les émotions sont comme une boussole interne qui nous aide à nous orienter et savoir ce qui est important : elles nous aident à couvrir nos besoins.

Les émotions nous aident à couvrir nos besoins

Les émotions ne sont ni positives ni négatives; certaines nous sont tout simplement agréables, comme la joie, ou désagréables, comme la rage ou l’impuissance. Toutes les émotions ont un but, elles sont valides et nécessaires. Nous pourrions les considérer comme des compagnons de voyage, des amies qui veulent nous aider et nous indiquent quels sont nos besoins. Par exemple :

  • Rage : nous ressentons de la rage face à une situation injuste ou dans laquelle nous percevons que nos droits ont été violés. Nous avons besoin de fixer des limites et de nous protéger.
  • Tristesse : nous ressentons de la tristesse quand nous faisons face à la perte d’une personne, d’un objet, d’un travail, etc. Dans de nombreux cas, avant ou après, nous avons besoin du contact d’une autre personne pour obtenir une consolation.
  • Peur : nous avons peur quand nous nous trouvons face à une situation dangereuse. Nous avons besoin de nous sentir protégés et en sécurité.
  • Joie : nous ressentons de la joie quand nous avons gagné quelque chose, que ce soit une expérience agréable, un objectif personnel, un succès au travail, des biens matériaux, etc. Normalement, nous avons besoin de la partager avec d’autres personnes.

Si nous ne ressentions pas de rage, nous protégerions-nous ? Si nous ne ressentions pas de tristesse, pourrions-nous assimiler les pertes ? Si nous ne ressentions pas de peur, comment nous rendrions-nous compte du danger d’une situation ? Si nous ne ressentions pas de joie, comment saurions-nous ce qui nous cause du bien-être ? Laissons les émotions jouer leur rôle et nous guider !

coeur dans le sable

4 stratégies pour réguler les émotions

Le fait que les émotions nous guident est une bonne chose. Or, nous devons trouver une manière adéquate. Nous ne pouvons pas nous laisser porter par des impulsions, sans écouter nos pensées. Ressentir une émotion est bénéfique mais jusqu’à un certain point. Nous ne pouvons pas la laisser nous inonder et nous emprisonner. Nous devons donc apprendre à les gérer. Les stratégies suivantes vont pouvoir nous aider :

“Les émotions exposent les problèmes pour que la raison les résolve.”

-Greenberg, L.S.-

Identifier

Être conscient de l’émotion que nous ressentons nous aide à la gérer. Savoir distinguer, par exemple, si nous sommes tristes ou fâchés et savoir ce qui a fait surgir cette émotion (une situation concrète ou une pensée) nous permet d’obtenir plus d’informations pour agir en conséquence. Par ailleurs, être conscient de nos propres émotions nous aide à les reconnaître chez les autres et à faire preuve de davantage d’empathie.

Tolérer

Comme nous l’avons dit, il existe des émotions que nous considérons comme désagréables, comme la tristesse, et que nous essayons normalement d’écarter de notre répertoire émotionnel. Cependant, nous devons apprendre à les tolérer. Les émotions vont et viennent… comme la houle de la mer. Tout suit un processus. Si nous sommes tristes à ce moment précis, cela ne veut pas dire que nous allons l’être pour toujours ou que nous sommes nous-même une personne triste. Nous ne devons donc pas nous forcer à essayer de supprimer une émotion. Nous devons la tolérer, c’est-à-dire la ressentir, l’écouter et non pas la bloquer ou l’augmenter.

Auto-réguler

Nous sommes tous capables de nous autoréguler. Comme l’explique Greenberg (2000), la connaissance des émotions offre une clairvoyance et un contrôle. Si nous comprenons qu’une bataille directe contre nos émotions est inutile, nous pourrons avoir plus de contrôle sur elles. Cela ne signifie pas seulement laisser la sensation disparaître avec le temps mais aussi essayer d’écarter les pensées négatives qui rendent l’émotion plus intense, de nous distraire pour que son intensité diminue, de contrôler notre impulsivité, etc. De cette façon, nous prendrons soin de nous et permettrons à notre bien-être d’augmenter.

S’exprimer et communiquer

Même si nous possédons déjà nos propres ressources, nous pouvons et devons exprimer cette émotion et la communiquer aux personnes qui nous entourent. Les émotions ont besoin d’être partagées. Nous devons faire confiance aux autres et penser qu’ils pourront nous soulager. Communiquons nos sentiments et nos besoins!

“Bienheureux est celui qui sait que partager une douleur revient à la diviser et que partager une joie revient à la multiplier.”

-Facundo Cabral-

femme et homme

En définitive, les émotions nous aident à couvrir nos besoins et nous guident afin de savoir de quelle façon nous devrions agir. Elles sont extrêmement précieuses car, grâce à elles, nous pouvons survivre et communiquer. Nous ressentons d’abord les émotions et, ensuite, nous décidons de ce que nous en faisons, en étant ainsi responsables de nos actes. De cette façon, nous serons cohérents avec nos sensations et nos pensées. Nous devons cependant le faire de façon assertive, c’est-à-dire en respectant nos besoins et ceux des autres.

“Vous ne pouvez pas éviter les vagues mais vous pouvez apprendre à les surfer.”

-Jon Kabat Zinn-

Source: https://nospensees.fr

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et  http://blog.homechizen.fr

Avertissement
Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement
La Bienveillance en entreprise
Apprenez à percevoir et décoder l’Aura
Guide stratégique pour vaincre la négativité