Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation
Pages
Archives

Métaphysique

Du conceptuel au réel

Tous les potentiels disponibles en la Source sont conceptuels :  Abondance, prospérité, santé, joie, paix. Tous les humains désirent cela. Mais chacun à une vision différente de la réalité de ceux-ci : une imagerie individuelle. La Source nous demande de préciser nos Intentions sous une forme imagée, précise, synthétique.

Notre cerveau ne peut ressentir l’abstrait, il à besoin d’une image générant des émotions.
Exemple : on peut regarder une peinture abstraite sur laquelle le peintre à tracé deux traits entrecroisés et nous dit « c’est la représentation d’un couple ». C’est peu révélateur. Par contre si on regarde un tableau où le peintre à peint un vrai couple faisant l’amour, cela génère une émotion.

Affirmer « je veux la prospérité » c’est comme taper dans le vide, la prospérité est déjà là. Certes il faut y porter Attention (la reconnaitre) mais il faut préciser notre Intention : déterminer ce qu’est la prospérité pour nous (le décor, les biens, la situation matérielle idéale) …et cela est diffèrent pour chacun.

L’image doit être adaptée à la réalité de ce monde. Si on a besoin d’un véhicule automobile, il faut visualiser celui-ci. Si on visualise un vaisseau spatial, on risque d’attendre longtemps, c’est  à dire qu’il faudra attendre qu’une usine en fabrique. Ce dont on a besoin vient par la voie normale, la Source ne va pas matérialiser un vaisseau spatial pour nous. C’est à nous d’adapter nos visions à la réalité. Si on reste trop dans l’imaginaire comme par exemple : voyager en chevauchant un dragon, cela reste un rêve qui ne peut être actualisé dans cette réalité.

L’Intention vient du mental et par le biais de la pensée est projetée dans l’Univers. Elle atteint le Futur intemporel où  demeure la Sphère conceptuelle « prospérité ». Elle s’y inscrit en tant que réalité et cette imagerie envoie une onde de résonance en retour vers le mental, qui, récepteur envoie les informations à la zone du cortex déclenchant les actes adéquats. Tant qu’on n’a pas d’image précise, tout reste flou, rien ne s’actualise.

Exemples :
Si on veut vivre une belle relation d’amour, on doit préciser ce que cela représente pour nous, quel genre de compagne souhaite t’on, que désire t’on partager avec elle. L’image doit résumer l’intention globale. On peut imaginer l’image de l’idéal souhaité sans pour cela y mettre de visage précis, il importe de rester impersonnel) et cette image projetée dans la Substance nous renvoie les informations pour que cette rencontre s’actualise.
Si on veut être heureux (concept) il faut déterminer ce qui nous rend heureux : chanter, dessiner, peindre  et se mettre à l’ouvrage maintenant, car cela actualise l’état de bonheur souhaité.

Important : il ne faut pas projeter cette Intention dans un Futur linéaire ni mettre des conditions (celles-ci proviennent de notre Ego et notre mental limité). Être convaincu que cette Image est réalisée Ici Maintenant, quand on la visualise on la ressent par les émotions, le corps. Si on veut vivre au bord de la mer, on doit sentir les embruns, faire comme si cela était déjà réalisé car en vérité cela, l’est.  Si on veut une belle maison, se ressentir comme étant déjà dedans.

L’Imagination doit être utilisée, elle est l’outil parfait mais il faut veiller à ne pas tomber dans l’imaginaire qui nous amène à des fantasmes irréalisables en ce monde.
Le Futur véritable est intemporel : il n’est pas situé dans le Temps. C’est le Présent encore invisible mais bien réel.
Tant qu’on est englué dans le collectif et qu’on n’est pas capable de préciser nos intentions, on reste soumis au collectif ; on attire du flou, ce qu’on ne veut pas. On reste prisonnier des mauvais potentiels nourris dans le passé et ceux que l’on a projeté dans le futur.

D’où l’importance d’utiliser la Lumière violette ou Blanche par reliance avec notre Double et lui demander de dissoudre les vieux schémas limitatifs.   Puis demander à notre Double, quel est le meilleur potentiel à vivre. Celui-ci est toujours en adéquation avec les désirs de notre Enfant intérieur et puis se laisser guider. L’Intention envoyée dans l’espace nous envoie par l’Onde d’amour – résonance- les informations pour actualiser ce que l’on souhaite.

C’est notre challenge. Incarner l’amour divin dans les relations humaines et utiliser la Lumière source pour réaliser nos desseins divins et humains. Rester uniquement branché sur le conceptuel collectif (abondance, santé) ne peut nous combler : c’est à nous de préciser nos intentions grâce à notre Guidance. C’est cela affirmer notre Divinité.

Relations
Tant qu’on a des problématiques relationnelles non réglées, on attire des partenaires karmiques pour les dissoudre. On peut aussi rencontrer des âmes sœurs. Celles-ci ont les mêmes  problématiques que nous à régler. Puis une fois l’entraide effectuée, elles se séparent.

Quand deux flammes Jumelles se rencontrent, il se créé un champ morphogénétique d’Amour extrêmement puissant. Le couple ainsi formé rayonne cette lumière qui apporte une onde bénéfique partout, dans la maison, l’immeuble, le village, la région. Tout comme Jésus et Marie Madeleine ou Shiva et Shakti.

Wydyr. C Duval.  

Source: http://lagazettedewydyr.wixsite.com

Lu et communiqué par Michel https://homechizen.fr  et https://blog.homechizen.fr

L’irruption de l’inexplicable

« La vie, c’est ce qui t’arrive quand tu es occupé à autre chose. » La vie vraie, inédite, incomparable, est une bouffée d’air pur qui fait irruption dans la monotonie du quotidien. Le reste du temps, tu n’es qu’à moitié vivant.

Combien de moments exceptionnels ont marqué ton compteur ? Je parle de moments vraiment énormes, magnifiques, inespérés, ces moments qui illuminent une vie, et qui la rendent digne d’être vécue. Combien, dites-moi ? Un ? Deux ? Davantage ? Quel que soit le nombre dont vous vous souvenez, je puis vous dire ceci : toutes vos nuits regorgent de ces précieux moments. Eh non, petite coquine, je ne veux pas parler de ça, mon galopin. Je pense à toutes ces folies divines qui nous arrivent à notre insu, quand on dort.

Nos vies sont pleines de ces merveilles oubliées, fabuleuses expériences d’une réalité non-ordinaire, totalement déconcertante, absolument inexplicable et qui ne correspond à rien de connu. Notre cerveau est programmé pour refouler les données qui ne cadrent pas avec la représentation du monde admise. Donc on les oublie au réveil. Et on avance à tâtons dans le triste monde, mécanique et trop routinier, sans garder le moindre souvenir de qui nous sommes vraiment, et des pouvoirs infinis qui sont les nôtres dès que notre conditionnement s’arrête. Ce qui n’arrive que quand on dort. Ou dans de très rares moments que notre cerveau s’empresse d’oublier, tant ils nous déconcertent.

Pour vous en parler, je vais devoir jongler avec les mots. Ces moments-là font ressortir toute l’ambiguité de la condition humaine. Qui veut faire l’ange, fait la bête. Mais qui oublie sa nature divine fait le jeu des exploiteurs. Une foule de gens s’intéressent à nous, rarement pour notre bien. Un tas de grosses boîtes stockent fébrilement toutes les données qui nous concernent, et ce n’est pas pour nous aider à retrouver le nord. Ces gens-là ne veulent que nous asservir plus encore. Pour rester simplement nous-mêmes, il faut sans cesse mobiliser toute notre énergie, bander notre volonté, renforcer notre carapace au risque de devenir insensibles, ce qui arrange nos exploiteurs.

On passe le tiers de sa vie à dormir, le plus souvent sans souvenir de « rêves » qui n’en sont pas. Ces rêves oubliés, ou complètement déformés dans nos souvenirs, sont la principale source d’information sur la vie au-delà de cette vie et les mondes au-delà du nôtre. Certaines s’imaginent qu’on peut berner un voyant. On ne peut pas. Si tu crois ça, dis-toi que le voyant l’a vu, ça lui donne un coup d’avance sur toi, et il le gardera tout le temps. En est-il de même avec l’esprit qui nous dirige ? Oui, absolument. Ce n’est pas toi qui décides pour toi-même, mais celui ou celle qui sait mieux que toi qui tu es. Tous les plans qu’on fait avec la tête ont de fortes chances de foirer, toutes les comédies qu’on joue pour berner un voyant se retournent contre leur auteur. C’est ainsi. Le don de voir et de guérir protègent ceux qui les ont reçus. S’en prendre à eux est présomption. Le châtiment tombe sur le fautif plus vite que la foudre sur le clocher.

On ne fait pas de marché avec l’âme immortelle qui nous éclaire. Le mental ne joue qu’à ça, passer des marchés, faire des deals, gérer des compromis. L’âme n’entre pas dans ces bassesses. Son éternité la place au-dessus du corps mortel où l’ego se croit maître. Pourtant, sitôt que l’âme s’incarne, le petit ego déguerpit sans demander son reste. C’est comme s’il n’avait jamais existé. Tant que l’âme est incarnée dans le corps, l’être est éveillé, il devient luminescent, il rayonne et fait rayonner tous les témoins en sa présence. Il n’y a pas de trace d’ego à ces moments précieux. Mais quand l’âme quitte le corps pour éviter une souillure, l’ego surgit comme un diable hors de sa boîte à ressort. Ceux qui parlent d’éveil oublient souvent de dire que l’éveil n’est pas un état stable. Quand l’âme s’incarne, l’éveil est là. Dès qu’elle repart, l’être redescend vite fait : il se rendort. Rien ne dure, ni l’enfer ni le paradis.

L’affront du frêle

On est ballotté par ces vagues plus ou moins longues, plus ou moins fortes, comme un bouchon dans la tempête. La mer déchaînée, c’est ton mental. Rien ne t’oblige à te laisser secouer comme un prunier. Saches qu’à l’intérieur, dans les tréfonds de ton être, il y a ce lac d’éternité, toujours calme, sans une ride, dont la profondeur est cristalline. Plonge, idiot. Ta place est là. Fuis la foule en furie, refuse les refus, réfute les futiles, défais-toi des fanfreluches et des fétus frivoles. L’être est diamant. Pur, lumineux, coupant. L’âme est un astre éblouissant. Son éclat est insoutenable. On ne peut pas la regarder en face. On ne voit que les ombres qu’elle porte sur le monde.

Et dans ces ombres, quelquefois, surgit l’inexplicable. L’impensable fait irruption. Se produit un fait inouï, incompréhensible, brut. Ton mental s’enfuit, ton être est submergé, rien ne saurait décrire ce qui se passe, ni dire ce qui s’est passé. Les mots sont impuissants. Les images n’ont plus cours. Si ça se trouve, tu as vu ton Dieu dans les yeux. Il t’a dit les secrets enfouis, il t’a montré les mondes, les astres et les règnes. Si ça se trouve, tu as volé avec les anges. Ou pas. Les souvenirs que tu gardes au réveil ne sont pas des souvenirs, mais un habillage que ton cerveau fabrique à la hâte pour cacher l’impensable. Le cerveau abuse de son programme d’effacement : dès que ça craint un peu, il refoule les faits au fond du gouffre de l’inconscient.

Si tu veux comprendre qui tu es vraiment, pars à l’instant dans la seule quête qui compte au-delà de la vie même : la conquête de ton inconscient. La collecte des données cachées par ton cerveau. Le complot n’est pas seulement dehors, il est en toi d’abord. Toi le premier tu te bernes, tu te merlines, tu te roules dans la farine. Tout le mal que tu fais aux autres, c’est à toi que tu le fais. Tout le bien, pareil. Alors cesse de finasser. Rejoins le groupe scalaireDonne l’amourrayonne la lumière. Des portes s’ouvrent en toi qui ne se refermeront pas. Toi aussi, tu vas chevaucher Bouraq, traverser les Sept Ciels, visiter les Vivants et les Morts, et ta vie en sera grandie. C’est ici. Ça commence maintenant.

Source: http://eden-saga.com

Lu et communiqué par Michel https://homechizen.fr  et https://blog.homechizen.fr

Avertissement
Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement
La Bienveillance en entreprise
Apprenez à percevoir et décoder l’Aura
Guide stratégique pour vaincre la négativité