Le Blog HomeChizen

Santé – Nourriture – Bien-être – Méditation

Pages

Archives

Abonnement

Entrez votre adresse email primaire pour recevoir notre bulletin d'information gratuit.
Vous pouvez quitter la liste à tout moment. Les instructions comment se désabonner sont inclus dans chaque message.

Les troubles psychosomatiques : l’influence des émotions sur notre corps

De cette façon, il est plus facile de comprendre ce que sont les troubles psychosomatiques : ces maladies physiques qui trouvent leur origine dans des facteurs psychologiques. Ou qui se prolongent à cause de ces derniers. Découvrez dès maintenant l’importance de gérer nos émotions négatives afin de préserver notre santé physique.

« Sur quatre-vingt-dix maladies, cinquante proviennent de la culpabilité et quarante de l’ignorance. »

-Paolo Mantegazza-

Pourquoi les émotions ont-elles une influence sur les troubles psychosomatiques ?

Les émotions se manifestent à travers un triple système de réponses : cognitives, physiologiques et motrices. Le système cognitif fait référence aux pensées que nous avons quand nous ressentons différentes émotions. Par exemple, quand la colère monte en nous, nos pensées sont du type « iel fait ça pour me provoquer », « je n’arrive pas à croire qu’iel me fasse ça », etc.

Cependant, ce discours interne est complètement différent quand nous sommes tristes. Le système moteur, quant à lui, est l’ensemble des comportements que nous adoptons en fonction des émotions que nous ressentons. Ainsi, quand la peur fait son apparition, nous essayons de nous protéger ou de fuir, un comportement qui serait totalement inapproprié si nous ressentions de la joie.

 Enfin, le système physiologique concerne les sensations corporelles qui apparaissent. En ce sens, il existe des émotions qui nous stimulent plus ou moins, de la même façon qu’il en existe certaines qui ne produisent pas beaucoup d’effets. L’anxiété, pour que vous compreniez à quoi nous faisons référence, est une émotion qui nous stimule beaucoup au niveau physiologique : quand elle apparaît, notre fréquence cardiaque augmente et notre respiration s’accélère.

Comment l’anxiété et la colère influent-elles sur les troubles psychosomatiques ?

Les troubles psychosomatiques sont très nombreux. Ils peuvent être cardiovasculaires (hypertension artérielle), respiratoires (asthme bronchique), endocriniens (diabète), gastro-intestinaux (ulcère peptique), dermatologiques (urticaire) ou immunologiques (douleur chronique ou arthrite rhumatoïde). Ce ne sont que quelques exemples : il y en a bien plus. La manifestation physiologique des émotions va influer sur eux. En particulier l’anxiété et la colère.

« Face aux maladies causées par la misère, face à la tristesse, à l’angoisse et à l’infortune sociale des peuples, les microbes, en tant que causes de maladie, ne représentent presque rien. »

-Ramón Carrillo-

 Ces deux émotions débouchent, quand nous les ressentons, sur une grande stimulation physiologique. Nous voyons apparaître une tension musculaire, une hyperventilation ou une accélération de notre rythme cardiaque, entre autres symptômes physiologiques. Dans un premier temps, notre corps se dynamise de la sorte pour faire face au danger qui a provoqué ces émotions. Par conséquent, il ne s’agit pas véritablement d’une mauvaise stimulation.

Le problème surgit quand nous ressentons très intensément, très fréquemment ou très longuement ces émotions. Notre corps garde alors cette tension qui va au-delà de nos possibilités, car cette stimulation devrait disparaître une fois que nous surmontons ce qui a causé cette frayeur ou cette angoisse. Mais comme nous n’y arrivons pas, nos organes se surchargent petit à petit et des changements morphologiques et fonctionnels apparaissent.

Quel est le rôle des symptômes somatiques dans ce processus ?

Tout ce que nous avons expliqué jusque là nous mène à une conclusion : la façon dont nous percevons et interprétons les différentes situations va nous aider à mieux gérer nos émotions négativesLa même chose se produit si nous réussissons à trouver des solutions adaptées à ce qui nous arrive.

En agissant de la sorte, nous réussirons à éviter une forte stimulation et nous aurons moins de risques de développer des troubles psychosomatiques. Cela fonctionne aussi quand nous avons affaire à une maladie purement somatique. Le/La patient-e peut : être convaincu-e que ce n’est pas grave, savoir que c’est grave mais vouloir lutter parce qu’iel est convaincu-e qu’il y a de l’espoir ou savoir que c’est grave mais décider de vivre du mieux possible et de ne pas se limiter plus qu’il ne le faut.

« La maladie qui survient est la plus dangereuse. »

-Sénèque-

Si vous optez pour l’une de ces trois voies, vous réussirez à éviter que l’anxiété et la colère, qui apparaissent normalement quand il y a un problème physique, ne se développent. De cette façon, la probabilité que vous souffriez de troubles psychosomatiques va également être réduite. Il est parfois difficile d’atteindre ce résultat mais grâce à l’aide précieuse d’un-e psychologue adéquat, vous pourrez tout à fait y arriver.

Images de David Cohen, Benjamin Combs et Milada Vigerova.

Les chats sont aussi empathiques et nous aident à guérir

chats sont aussi empathiques

Les chats sont aussi empathiques et nous aident à guérir

Image crédit : pixabay.com

Les chats sont aussi empathiques et nous aident à guérir

Selon les égyptiens, les chats semblent voir les esprits des morts , et bien plus encore.

Toutes les personnes qui ont un chat, ont déjà remarqué que leur animal de compagnie a souvent tendance à jeter le regard en l’air, parfois même en faisant furieusement le gros dos avec sa fourrure hérissée, en direction de quelque chose que le propriétaire ne voit pas.

Par exemple, les chats ont la capacité de voir des phénomènes particuliers, et des orbes (une forme ronde, sphérique, d’une taille plus ou moins grande qui apparaît sur les photos généralement prises avec un appareil numérique).

En effet, il existe plusieurs photos montrant des chats observant avec curiosité et intérêt dans la direction de sphères d’orbes, invisibles pour l’homme.

Les chats sont aussi empathiques et nous aident à guérir Un chat observant une orbe

Comment est-ce possible?

Dans un cas précis, une orbe est un défaut optique dû à la poussière, comme le suggèrent certains scientifiques, alors comment le chat peut-il susciter un intérêt ou éprouver une peur pour une simple particule de poussière? Si, toutefois, il s’agissait d’entités différentes, pas nécessairement d’esprits, mais seulement d’énergie, alors la capacité particulière du chat à détecter les vibrations et les fréquences inconnues de l’homme pourrait être expliquée en termes scientifiques.

Ce sens particulier permettrait aux chats de voir des objets et des phénomènes que l’oeil humain ne peut percevoir.

Ce n’est pas parce que les scientifiques ne disposent pas des outils pour observer des phénomènes, que cela signifie pas qu’ils n’existent pas.

Les chats semblent posséder une gamme de compétences spécifiques, telles que l’empathie. Les personnes qui ont un chat ont certainement déjà fait l’expérience où lorsqu’ils sont malades, leur animal de compagnie le « ressent » et essaie de transmettre son énergie afin de donner place à la guérison. Un mal d’estomac, un trouble intestinal … c’est à ce moment là que notre chat préfère se blottir, nous tient chaud, laissant place à une profonde sensation de bien-être.

Ce n’est pas un hasard si nous utilisons aujourd’hui cette empathie pour la zoothérapie, qui apporte avec succès, son soutien dans diverses affections, notamment psychiques. Le chat a également divers avantages: unique dans son style, le chat essaie de dormir sur les noeuds cosmos-telluriques du réseau Hartmann –  les intersections particulières des lignes du champ magnétique de la Terre, qui enveloppent les intervalles réguliers de la planète entière.

Si un être humain séjournait longtemps sur l’un de ces noeuds, il aurait un sentiment de fatigue: mais cela n’est pas le cas pour le chat, qui semble être détendu sur ces nœuds, contrairement à tous les autres animaux. Pourquoi donc? Cette perception du magnétisme est connue chez de nombreux animaux, comme les oiseaux migrateurs. Mais le chat en fait plus, un peu comme s’il était en relation avec l’énergie obscure et mystique qui imprègne l’univers tout entier.

Hartmann Nodes

Est-ce cela le secret des chats? Est-ce cela l’apaisement chaleureux qu’ils transmettent aux malades? Si nous pensons que cette énergie – théorisée et démontrée par des calculs mathématiques, mais qui n’est pas encore repérable étant donné le manque de ressources humaines – est liée aux rites magiques ancestraux liés au concept de la Déesse Mère, cela expliquerait comment les égyptiens étaient capables de défier le chat, en tant qu’exposants de la même divinité féminine aux maux terrestres universels.

Mais dans tout cela, quelles sont les conséquences pratiques?

De plus, vous considérez le chat comme un être vivant évolué, intelligent et sensible, et peut-être même plus que l’humain au niveau émotionnel. Pour cette raison, il faut toujours veiller à le traiter, ainsi que tous les autres animaux, de façon respectueuse. Ainsi, vous serez plus disposé à observer les subtilités et vous apprendrez à percevoir les mondes subtils, et les dimensions invisibles qui nous entourent.

Source Les chats sont aussi empathiques et nous aident à guérir :gostica.com

http://espritsciencemetaphysiques.com

Lu et communiqué par Michel http://homechizen.fr et http://blog.homechizen.fr

 

Avertissement

Nous ne pouvons être tenu responsables des informations diffusées sur ce blog. Ce site contient des liens avec d’autres sites dont nous ne pouvons assurer la véracité de leurs informations, les inexactitudes de leurs propos ainsi que des liens erronés. A chaque lecteur de faire preuve de discernement